Quels sont les conditions à respecter afin d’installer une éolienne domestique ?

Quels sont les conditions à respecter afin d’installer une éolienne domestique ?

de lecture - mots

Il n’est pas plus obligatoire d’habiter près d’une zone de développement éolien, ni d’un parc éolien pour pouvoir en installer une à soi. En effet, il suffit simplement de disposer d’un terrain propice au vent, de préférence fort, régulier et fréquents, ou d’un simple toit, d’une hauteur suffisante.

Posséder une éolienne dans le nord ou dans le sud de la France ?

Les deux ! Pourquoi s’en priver ? En effet, on insiste rarement dessus, mais la France possède le second plus grand gisement éolien d’Europe. Nous retrouvons ces gisements principalement dans le nord, l’ouest et le sud-est de la France. De plus, des aides régionales spécialement conçues pour vous aider à financer l’achat et l’installation d’une éolienne domestique est disponibles aux particuliers et aux entreprises. Ces aides sont également là pour vous aider à augmenter la rentabilité de votre installation.

Une éolienne peut-elle réellement réguler vos dépenses énergétiques ?

Si vos dépenses énergétiques vous préoccupent particulièrement et que vous souhaitez effectuer des économies tout en produisant une énergie verte, renouvelable qui vous servira pour votre chauffage, votre isolation et vos produits électriques, il vous faudra tout d’abord réaliser un bilan énergétique de votre habitation. Cela se fait de manière 100 % gratuite et sans engagement par des professionnels. Vous pourrez également trouver des simulations en ligne gratuites et instantanés sur les sites du gouvernement ou des entreprises produisant et installant des éoliennes domestiques.

L’énergie produite peut se stocker, ainsi, vous pourrez profiter de l’électricité verte, y compris les jours où le vent ne se lève pas. Plus encore, vous pourrez revendre le surplus d’énergie créé à des organismes agrées qui pourront revendre à leur tour l’énergie à des consommateurs lambda.

L’éolienne horizontale est sans doute le type d’éolienne la plus répandue de nos jours. La particularité de celle-ci est qu’elle capte le vent grâce à deux ou trois pales, formant une hélice qui tournent autour d’un mât placé horizontalement par rapport au sol. Il s’agit du type d’éolienne dont s’équipe de plus en plus de maisons, car son rendement est le plus important. Cependant, il faut faire attention, car ce type d’éolienne n’est pas très sensible aux vents faibles et met du temps à se déclencher, car elle s’adapte difficilement aux changements de direction du vent. Mais vous pourrez déclencher une marche manuellement pour palier à ce démarrage lent. De plus, le rendement élevé s’obtient par une puissance du rotor plus important, ainsi, ce type d’éolienne est connue pour être assez bruyante. Il est donc vivement conseillé de l’installer à distance du voisinage.

L’éolienne verticale est beaucoup moins connue du grand public. Cependant, elle a la capacité de capter les vents faibles comme très forts et de nécessiter beaucoup moins de place, contrairement à l’éolienne verticale. Ses pales forment un rotor et tournent autour d’un mât vertical. Il existe trois types de rotor : hélicoïdal, en H et cylindrique. L’éolienne verticale est beaucoup moins imposante que l’éolienne horizontale et elle est souvent installée en toiture, car elle est également très peu bruyante.

L’installation d’une éolienne domestique s’avère être un gros investissement et le retour sur investissement est également incertain. Cependant, afin de vous soulager de quelques frais et de pouvoir obtenir un rendement plus rapide, vous pourriez bénéficier de certaines aides pour réduire le prix à l’achat de votre éolienne.
Avant de vous embarquer dans de longues et pénibles démarches administratives, remplies de dossiers à monter et de papier à remplir pour vos demandes d’aides, il faut vous assurer que vous y êtes bien éligible.

Pour cela, il existe de nombreux simulateur que l’on peut trouver en ligne. Dans ces simulateurs, vous aurez à répondre à une série de questions vous concernant et concernant vos finances. Au terme de ces questions, vous serez si vous êtes éligible ou non à une aide d’Etat.

Voyons désormais une de ces aides, le crédit d’impôt 2020.

En effet, depuis le 1er janvier 2020, le Crédit d'impôt transition énergétique (CITE) est remplacé. Désormais, il est désormais connu comme étant un nouveau Crédit d'Impôt fixe pour les ménages aux revenus intermédiaires et les plus élevés. Ainsi, le CITE à 30 % disparaît pour laisser place à un nouveau CITE fixe.

Si vous vous situez dans les ménages aux revenus intermédiaires et élevés, vous pourrez donc bénéficier de cet aide. Voyons maintenant quelles sont les démarches à effectuer afin d’obtenir cette aide.

La déclaration de revenus
La spécificité du Crédit d’impôt est qu’il s’agit de la seule aide que vous pouvez toucher en effectuant les démarches après la réalisation des travaux. Ainsi, si vous vous lancez tête baissée dans les travaux, mais que vous réalisé, pendant ou après l’installation que le coût revient trop cher ou que vous apprenez l’existence de cet aide après avoir terminé vos travaux, vous pourrez tout de même en bénéficier. En effet, pour être éligible aux autres aides, comme les aides de l’ANAH, ou la Prime Effy, etc. Il faut faire votre demande avant d’avoir signé un devis.

Prenons un exemple concret. Si vous avez fait vos travaux en 2019, alors vous devrez les déclarer en 2020 dans votre déclaration de revenus 2019, comme pour tous autres travaux réalisés. La période de déclaration se déroule entre les mois d’avril et de mai 2020. Ainsi, vous pourrez toucher les aides en 2020 pour des travaux réalisés en 2019.

Comment calculer le montant à percevoir de son crédit d'impôt ?
Désormais, vous pouvez savoir facilement et rapidement si vous êtes éligible au Crédit d'impôt et parfaitement connaître le montant exact de votre crédit d'impôt grâce à Internet. Pour cela, vous pouvez tester un des nombreux simulateurs des Aides et Subventions à la rénovation énergétique que l’on trouve sur des sites officiaux comme ceux du gouvernement ou sur des sites dédiés à la recherche et au calcul des aides d’Etat pour les travaux et les rénovations d’installation des énergies durables.
Les sommes que vous pouvez espérer percevoir sont soumises à des plafonds dépendant de la composition du foyer. Cela veut signifier que pour une personne seule, ce plafonnement s'élève à 2.400 euros, contre 4 800 euros pour un foyer composé d'un couple sujet à une imposition commune. Ces plafonds sont majorés de 120 euros supplémentaires pour toute personne à charge, à condition que ce soit une personne âgée de plus de 65 ans ou d'un enfant.


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.